top of page

«Dans ce coin de pays, on n'aime pas les têtes qui dépassent»

Figure incontournable de la scène culturelle romande, Marc Atallah a quitté la direction de la Maison d’Ailleurs et rendu les clés des Numerik Games en janvier dernier. En désaccord avec une Municipalité yverdonnoise qui cherche à «contrôler» l’innovation, l’homme à la casquette a préféré retrouver sa liberté, après une cabale médiatique et un audit. Pour la première fois, il revient sur cet épisode mouvementé de sa fructueuse carrière, afin de mieux aller de l'avant.

Vous souhaitez en lire plus ?

Abonnez-vous à limpertinentmedia.com pour continuer à lire ce post exclusif.

2 158 vues1 commentaire

Comments

Couldn’t Load Comments
It looks like there was a technical problem. Try reconnecting or refreshing the page.
bottom of page