«Si je n’avais pas démissionné, Le Temps aurait été obligé de me virer»

Dernière mise à jour : 1 mars

Ces derniers mois, il était difficile de passer à côté de Claude-Inga Barbey. L’humoriste romande est devenue, bien malgré elle, le symbole d’une liberté d’expression et de ton en érosion, puisque deux de ses sketches lui ont valu d’être clouée au pilori de la bien-pensance et surtout du wokisme. De guerre lasse, la comédienne a décidé de s’éloigner des médias pour se consacrer à la scène. Pour L’Impertinent, elle est revenue sur ce qui l’a poussée à abandonner la partie, avec le franc-parler qui la caractérise.

Vous souhaitez en lire plus ?

Abonnez-vous à www.limpertinentmedia.com pour continuer à lire ce post exclusif.

S'abonner
7 731 vues16 commentaires