top of page

Harvard piétine la vérité

Dernière mise à jour : 29 mars

Je ne suis plus professeur de médecine à Harvard. La devise de l'université est Veritas, qui signifie vérité en latin. Mais, comme je l'ai découvert, la vérité peut vous valoir d'être renvoyé. Voici mon histoire, celle d'un biostatisticien et épidémiologiste spécialiste des maladies infectieuses de Harvard, qui s'est accroché à la vérité alors que le monde s'égarait pendant la pandémie de Covid.

Harvard
Lorsqu'il s'est agi de débattre des fermetures de Covid, Veritas n'a pas été le principe directeur de l'université. © Harvard Gazette
 

Ce texte, signé le professeur Martin Kulldorff, a initialement été publié sur City Journal. Il est reproduit ici, en français, avec l’autorisation de son auteur.

 

Le 10 mars 2020, avant toute incitation gouvernementale, Harvard a déclaré qu'elle allait «suspendre les cours en présentiel et passer à l'apprentissage en ligne». Dans tout le pays, les universités, les écoles et les gouvernements ont suivi l'exemple d'Harvard.

 

Pourtant, il était clair, dès le début de l'année 2020, que le virus finirait par se propager dans le monde entier et qu'il serait vain d'essayer de l'enrayer par des mesures de confinement. Il était également évident que ces mesures infligeraient d'énormes dommages collatéraux, non seulement à l'éducation, mais aussi à la santé publique, y compris au traitement du cancer, des maladies cardiovasculaires et de la santé mentale. Nous devrons faire face aux dommages causés pendant des décennies. Nos enfants, les personnes âgées, la classe moyenne, la classe ouvrière et les pauvres du monde entier en souffriront.

 

Les écoles ont également fermé dans de nombreux autres pays, mais la Suède, sous le feu des critiques internationales, a maintenu ses écoles et ses crèches ouvertes pour ses 1,8 million d'enfants, âgés de 1 à 15 ans. Pourquoi? Bien que tout le monde puisse être infecté, nous savons depuis le début de l'année 2020 que le risque de mortalité lié au Covid est plus de mille fois plus élevé chez les personnes âgées que chez les jeunes. Les enfants sont exposés à un risque minuscule à cause du Covid, et l'interruption de leur éducation les désavantagerait à vie, en particulier ceux dont les familles n'ont pas les moyens de payer des écoles privées, des tuteurs, ou de faire l'école à la maison.

 

Quels ont été les résultats au printemps 2020? Lorsque les écoles étaient ouvertes, la Suède n'a enregistré aucun décès dû au Covid dans la tranche d'âge de 1 à 15 ans, tandis que les enseignants ont connu la même mortalité que la moyenne des autres professions. Sur la base de ces faits, résumés dans un rapport publié le 7 juillet 2020 par l'Agence suédoise de santé publique, toutes les écoles américaines auraient dû rouvrir rapidement. L'absence de réouverture a conduit à des «preuves effrayantes de lacunes d'apprentissage» aux États-Unis, en particulier chez les enfants des classes moyennes et inférieures, un effet qui n'a pas été observé en Suède.


«Bien que professeur à Harvard, je n'ai pas pu publier mes réflexions dans les médias américains»

 

La Suède est le seul grand pays occidental à s'être opposé aux fermetures d'écoles et autres mesures de confinement au profit d'une concentration sur les personnes âgées, et le verdict final est maintenant tombé. Dirigée par un premier ministre social-démocrate intelligent (un soudeur), la Suède a connu la plus faible surmortalité des grands pays européens pendant la pandémie, et moins de la moitié de celle des États-Unis. En Suède, les décès dus au Covid ont été inférieurs à la moyenne et le pays a évité la mortalité collatérale causée par les fermetures d'écoles.

 

Pourtant, le 29 juillet 2020, le New England Journal of Medicine, édité par Harvard, a publié un article de deux professeurs de l'université sur la question de la réouverture des écoles primaires, sans même mentionner la Suède. C'est comme ignorer le groupe de contrôle placebo lors de l'évaluation d'un nouveau médicament. Ce n'est pas la voie de la vérité.

 

Au printemps, j'ai soutenu l'approche suédoise dans des articles d'opinion publiés dans mon pays natal, la Suède, mais, bien que professeur à Harvard, je n'ai pas pu publier mes réflexions dans les médias américains. Mes tentatives de diffusion du rapport scolaire suédois sur Twitter (aujourd'hui X) m'ont fait figurer sur la Trends Blacklist de la plateforme. En août 2020, mon article d'opinion sur les fermetures d'écoles et la Suède a finalement été publié par CNN mais pas la chaîne à laquelle vous pensez. Je l'ai écrit en espagnol et c'est CNN-Español qui l'a publié. CNN-English n'était pas intéressée.

 

Je n'étais pas le seul scientifique spécialiste en santé publique à m'élever contre les fermetures d'écoles et autres contre-mesures non scientifiques. Scott Atlas, une voix particulièrement courageuse, a utilisé des articles et des faits scientifiques pour défier les conseillers en santé publique de la Maison Blanche de Trump: le directeur de l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses Anthony Fauci, le directeur des Instituts nationaux de la santé Francis Collins et la coordinatrice du Covid Deborah Birx, mais sans grand résultat. Lorsque 98 de ses collègues de la faculté de Stanford ont injustement attaqué Atlas dans une lettre ouverte qui ne fournissait pas un seul exemple de ses erreurs, j'ai rédigé une réponse dans le Stanford Daily, un journal étudiant, pour le défendre. J'ai terminé ma lettre en soulignant que:

 

«Parmi les experts en épidémies de maladies infectieuses, nous sommes nombreux à préconiser depuis longtemps une stratégie ciblée sur l'âge, et je serais ravi d'en débattre avec l'un ou l'autre des 98 signataires. Parmi les partisans de cette stratégie figure le professeur Sunetra Gupta de l'université d'Oxford, la plus grande épidémiologiste au monde spécialisée dans les maladies infectieuses. Ne supposant aucun préjugé à l'encontre des femmes scientifiques de couleur, j'invite les professeurs et les étudiants de Stanford à lire ses réflexions.»

 

Aucun des 98 signataires n'a accepté mon offre de débat. Au lieu de cela, quelqu'un à Stanford a envoyé des plaintes à mes supérieurs à Harvard, lesquels n'étaient pas très contents de moi.

 

Je n'avais aucune envie de faire marche arrière. Avec Gupta et Jay Bhattacharya de Stanford, j'ai rédigé la déclaration de Great Barrington, plaidant pour une protection ciblée en fonction de l'âge au lieu d'un verrouillage universel, avec des suggestions spécifiques sur la manière de mieux protéger les personnes âgées, tout en laissant les enfants et les jeunes adultes mener une vie proche de la normale.

 
 

Avec la déclaration de Great Barrington, le silence a été rompu. S'il est facile d'écarter certains scientifiques, il était impossible d'ignorer trois épidémiologistes spécialistes des maladies infectieuses issus de trois grandes universités. La déclaration a clairement montré qu'il n'existait pas de consensus scientifique sur la fermeture des écoles et sur de nombreuses autres mesures de confinement. En réponse, cependant, les attaques se sont intensifiées et sont même devenues calomnieuses. Collins, un scientifique de laboratoire ayant une expérience limitée en matière de santé publique et qui contrôle la majeure partie du budget national consacré à la recherche médicale, nous a qualifiés d'«épidémiologistes marginaux» et a demandé à ses collègues d'orchestrer un «démenti dévastateur». Certains à Harvard se sont exécutés.

 

Un éminent épidémiologiste de Harvard a publiquement qualifié la déclaration de «point de vue marginal extrême», l'assimilant à un exorcisme visant à expulser les démons. Un membre du Centre pour la santé et les droits de l'homme de Harvard, qui avait plaidé en faveur de la fermeture des écoles, m'a accusé de «troller» et d'avoir des «politiques idiosyncrasiques», alléguant à tort que j'étais «attiré... par l'argent des Koch», «encouragé par des think tank de droite» et que je «ne voulais débattre avec personne». (Se préoccuper des moins privilégiés ne fait pas automatiquement de vous un homme de droite!) D'autres à Harvard se sont inquiétés de ma «position scientifiquement inexacte» et «potentiellement dangereuse», tout en étant «aux prises avec les protections offertes par la liberté académique». 


«La plus grande partie du soutien était apportée en coulisses»

 

Bien que de puissants scientifiques, politiciens et médias l'aient vigoureusement dénoncée, la déclaration de Great Barrington a recueilli près d'un million de signatures, dont des dizaines de milliers de scientifiques et de professionnels de la santé. Nous étions moins seuls que nous le pensions.

 

Même à Harvard, j'ai reçu plus de réactions positives que négatives. Parmi beaucoup d'autres, le soutien est venu d'un ancien président du département d'épidémiologie, d'un ancien doyen, d'un chirurgien de haut niveau et d'un spécialiste de l'autisme, qui a vu de ses propres yeux les dommages collatéraux dévastateurs que les confinements ont infligés à ses patients. Si une partie du soutien que j'ai reçu a été publique, la plus grande partie a été apportée en coulisses par des professeurs qui ne souhaitaient pas s'exprimer publiquement.

 

Deux collègues de Harvard ont essayé d'organiser un débat entre des professeurs de Harvard et moi, mais tout comme à Stanford, il n'y a pas eu de preneur. L'invitation au débat reste ouverte. Le public ne devrait pas faire confiance aux scientifiques, même à ceux de Harvard, qui refusent de débattre de leurs positions avec leurs pairs.

 

Mon ancien employeur, le système hospitalier Mass General Brigham, emploie la majorité des professeurs de la Harvard Medical School. Il est le principal bénéficiaire des fonds du NIH (National Institute of Health, ndlr), soit plus d'un milliard de dollars par an provenant des contribuables américains. Dans le cadre de l'offensive contre la déclaration de Great Barrington, l'un des membres du conseil d'administration de Mass General, Rochelle Walensky, une collègue professeur de Harvard qui avait siégé au conseil consultatif du directeur des NIH, M. Collins, m'a impliqué dans un «débat» à sens unique. Après qu'une station de radio de Boston m'a interviewé, Walensky s'est présentée en tant que représentante officielle du Mass General Brigham pour me contrer, sans me donner l'occasion de répondre. Quelques mois plus tard, elle devenait la nouvelle directrice du CDC.


«Qu'est-ce que la science si nous ne recherchons pas humblement la vérité?»

 

À ce stade, il était clair que je devais choisir entre la science et ma carrière universitaire. J'ai choisi la première. Qu'est-ce que la science si nous ne recherchons pas humblement la vérité?

 

Dans les années 1980, j'ai travaillé pour une organisation de défense des droits de l'homme au Guatemala. Nous fournissions un accompagnement physique international 24 heures sur 24 aux campesinos pauvres, aux syndicalistes, aux groupes de femmes, aux étudiants et aux organisations religieuses. Notre mission consistait à protéger ceux qui s'élevaient contre les assassinats et les disparitions perpétrés par la dictature militaire de droite, qui évitait tout examen international de ses sales besognes. Bien que les militaires nous aient menacés, qu'ils aient poignardé deux de mes collègues et qu'ils aient lancé une grenade dans la maison où nous vivions et travaillions tous, nous sommes restés pour protéger les courageux Guatémaltèques.

 

Retrouvez bientôt l'interview exclusive de Martin Kulldorff sur L'Impertinent

 

J'ai alors choisi de risquer ma vie pour aider à protéger des personnes vulnérables. Il a été relativement facile de risquer ma carrière universitaire pour faire de même pendant la pandémie. Si la situation était moins dramatique et terrifiante que celle à laquelle j'ai été confrontée au Guatemala, beaucoup plus de vies étaient en jeu.

 

Si les fermetures d'écoles ont été la grande controverse de 2020, un nouveau conflit est apparu en 2021: les vaccins Covid. Depuis plus de vingt ans, j'aide le CDC et la FDA à développer leurs systèmes de sécurité des vaccins après leur mise sur le marché. Les vaccins sont une invention médicale vitale, qui permet aux gens d'être immunisés sans courir le risque de tomber malade. À lui seul, le vaccin contre la variole a sauvé des millions de vies. En 2020, le CDC m'a demandé de faire partie de son groupe de travail technique sur la sécurité des vaccins (Covid-19). Mon mandat n'a pas duré longtemps, mais pas pour la raison à laquelle vous pensez.

 

Les essais randomisés-contrôlés (ERC) pour les vaccins Covid n'ont pas été conçus correctement. S'ils ont démontré l'efficacité à court terme des vaccins contre les infections symptomatiques, ils n'ont pas été conçus pour évaluer les hospitalisations et les décès, ce qui est important. Dans des analyses d'essais randomisés-contrôlés regroupées par type de vaccin, des scientifiques danois indépendants ont montré que les vaccins à ARNm (Pfizer et Moderna) ne réduisaient pas la mortalité à court terme, toutes causes confondues, alors que les vaccins à vecteur adénovirus (Johnson & Johnson, Astra-Zeneca, Sputnik) réduisaient la mortalité d'au moins 30%.

 

J'ai passé des décennies à étudier les effets indésirables des médicaments et des vaccins sans recevoir d'argent des sociétés pharmaceutiques. Toute personne honnête sait que les nouveaux médicaments et vaccins comportent des risques potentiels inconnus au moment de leur approbation. Ce risque valait la peine d'être pris pour les personnes âgées présentant un risque élevé de mortalité par Covid, mais pas pour les enfants, dont le risque de mortalité par Covid est minuscule, ni pour ceux qui bénéficiaient déjà d'une immunité acquise par l'infection. J'ai répondu à une question à ce sujet sur Twitter en 2021:

 

«Penser que tout le monde doit être vacciné est aussi scientifiquement erroné que de penser que personne ne devrait l'être. Les vaccins COVID sont importants pour les personnes âgées à haut risque et leurs soignants. Les personnes ayant déjà contracté une infection naturelle n'en ont pas besoin. Ni les enfants.»

 

À la demande du gouvernement américain, Twitter a censuré mon tweet parce qu'il contrevenait à la politique du CDC. Ayant également été censuré par LinkedIn, Facebook et YouTube, je ne pouvais pas communiquer librement en tant que scientifique. Qui a décidé que le droit américain à la liberté d'expression ne s'appliquait pas aux commentaires scientifiques honnêtes allant à l'encontre de ceux du directeur du CDC?

 
 

J'étais tenté de me taire, mais une collègue de Harvard m'a convaincu du contraire. Sa famille avait été active contre le communisme en Europe de l'Est, et elle m'a rappelé que nous devions utiliser toutes les ouvertures que nous pouvions trouver tout en nous autocensurant, si nécessaire, pour éviter d'être suspendus ou renvoyés.

 

Sur ce point, cependant, j'ai échoué. Un mois après mon tweet, j'ai été renvoyé du groupe de travail sur la sécurité des vaccins Covid du CDC, non pas parce que je critiquais les vaccins, mais parce que je contredisais la politique du CDC. En avril 2021, ce même CDC a suspendu le vaccin de J&J après que des caillots sanguins ont été signalés chez quelques femmes de moins de 50 ans. Aucun cas n'a été signalé chez les personnes âgées, qui bénéficient le plus du vaccin. Étant donné qu'il y avait une pénurie générale de vaccins à ce moment-là, j'ai soutenu dans un article d'opinion que le vaccin de J&J ne devrait pas être suspendu pour les Américains plus âgés. C'est ce qui m'a valu des ennuis. Je suis probablement la seule personne à avoir été licenciée par le CDC pour avoir été trop favorable aux vaccins. Bien que le CDC ait levé la suspension quatre jours plus tard, le mal était fait. Certains Américains âgés sont sans aucun doute morts à cause de cette «pause» vaccinale.

 

L'autonomie corporelle n'est pas le seul argument contre les obligations vaccinales de Covid. Ils sont également non scientifiques et contraires à l'éthique.

 

Atteint d'une maladie génétique appelée déficit en alpha-1-antitrypsine, qui affaiblit mon système immunitaire, j'avais plus de raisons d'être personnellement préoccupé par le Covid que la plupart des professeurs de Harvard. Je m'attendais à ce que le virus me frappe de plein fouet, et c'est précisément ce qui s'est produit au début de l'année 2021, lorsque le personnel dévoué de l'hôpital de Manchester, dans le Connecticut, m'a sauvé la vie. Mais j'aurais eu tort de laisser ma vulnérabilité personnelle aux infections influencer mes opinions et mes recommandations en tant que scientifique de la santé publique, qui doit se concentrer sur la santé de tous.

 

La beauté de notre système immunitaire réside dans le fait que les personnes qui guérissent d'une infection sont protégées en cas de nouvelle exposition. Ce fait est connu depuis la peste athénienne de 430 avant J.-C., mais il n'est plus connu à Harvard. Trois éminents professeurs de l'université ont coécrit le désormais célèbre mémorandum de «consensus» publié dans The Lancet, qui remet en question l'existence d'une immunité acquise par le vaccin. En continuant à imposer le vaccin aux étudiants ayant déjà été infectés par le Covid, Harvard nie de facto 2500 ans de science.

 

Depuis le milieu de l'année 2021, nous savons, comme on peut s'y attendre, que l'immunité acquise par le Covid est supérieure à l'immunité acquise par le vaccin. Sur cette base, j'ai soutenu que les hôpitaux devraient embaucher, et non licencier, des infirmières et d'autres membres du personnel hospitalier ayant une immunité acquise par Covid, puisqu'ils ont une immunité plus forte que les personnes vaccinées.

 

Les obligations vaccinales sont contraires à l'éthique. Les essais randomisés-contrôlés ont principalement porté sur des adultes jeunes et d'âge moyen, mais des études d'observation ont montré que les vaccins Covid permettaient d'éviter des hospitalisations et des décès chez les personnes plus âgées. Dans un contexte de pénurie mondiale de vaccins, il était contraire à l'éthique d'imposer le vaccin à des étudiants à faible risque ou à des personnes qui, comme moi, étaient déjà immunisées pour avoir eu le Covid, alors que ma voisine de 87 ans et d'autres personnes âgées à haut risque dans le monde entier ne pouvaient pas se faire vacciner. Toute personne favorable à la vaccination aurait dû, pour cette seule raison, s'opposer à l'obligation de vaccination contre le Covid.

 

Pour des raisons scientifiques, éthiques, médicales et de santé publique, je me suis opposé publiquement et en privé à l'obligation vaccinale Covid. Je disposais déjà d'une immunité supérieure contre les infections, et il était risqué de me vacciner en l'absence d'études d'efficacité et de sécurité appropriées sur les patients présentant mon type de déficit immunitaire. Cette position m'a valu d'être licencié par le Mass General Brigham et, par conséquent, d'être licencié de mon poste de professeur à Harvard.


«Harvard et la communauté scientifique au sens large ont beaucoup à faire pour regagner la confiance du public»

 

Bien que l'hôpital ait accordé plusieurs exemptions de vaccin, ma demande d'exemption médicale a été refusée. Tout comme ma demande d'exemption religieuse, mais j'en ai été moins surpris: «Ayant eu la maladie du Covid, j'ai une immunité plus forte et plus durable que les personnes vaccinées (Gazit et al). En l'absence de justification scientifique, les obligations vaccinales relèvent du dogme religieux et je demande une exemption religieuse de la vaccination contre le Covid».

 

Si Harvard et ses hôpitaux veulent être des institutions scientifiques crédibles, ils devraient réembaucher ceux d'entre nous qu'ils ont licenciés. Et Harvard serait bien avisé de lever l'obligation vaccinale Covid imposée aux étudiants, comme l'ont déjà fait la plupart des autres universités.

 

La plupart des professeurs de Harvard recherchent la vérité avec diligence dans une grande variété de domaines, mais Veritas n'a pas été le principe directeur des dirigeants de Harvard. La liberté académique, la curiosité intellectuelle, l'indépendance vis-à-vis des forces extérieures ou le souci de la population n'ont pas non plus guidé leurs décisions.

 

Harvard et la communauté scientifique au sens large ont beaucoup à faire pour mériter et regagner la confiance du public. Les premières étapes sont la restauration de la liberté académique et la suppression de la cancel culture. Lorsque des scientifiques ont des points de vue différents sur des sujets d'importance publique, les universités devraient organiser des débats ouverts et civilisés afin de rechercher la vérité. Harvard aurait pu le faire et peut encore le faire, si elle le souhaite.

 

Retrouvez bientôt l'interview exclusive de Martin Kulldorff sur L'Impertinent

 

Presque tout le monde se rend compte aujourd'hui que les fermetures d'écoles et autres confinements ont été une erreur colossale. Francis Collins a reconnu son erreur de s'être concentré uniquement sur le virus sans prendre en compte les dommages collatéraux sur l'éducation et les résultats sanitaires non liés au Covid. C'est la voie honnête à prendre, et j'espère que cette honnêteté atteindra Harvard. Le public le mérite et le monde universitaire en a besoin pour restaurer sa crédibilité.

 

La science ne peut survivre dans une société qui ne valorise pas la vérité et ne cherche pas à la découvrir. La communauté scientifique perdra progressivement le soutien du public et se désintégrera lentement dans une telle culture. La recherche de la vérité exige la liberté académique avec un discours scientifique ouvert, passionné et civilisé, avec une tolérance zéro pour la calomnie, l'intimidation ou la censure. J'espère qu'un jour, Harvard retrouvera le chemin de la liberté et de l'indépendance académiques.

 
Martin Kulldorff a été professeur de médecine à l'université de Harvard et au Mass General Brigham. Il est membre fondateur de l'Académie pour la science et la liberté.
1 407 vues7 commentaires

Posts similaires

Voir tout

7 comentarios


Bonjour,


Martin Kulldorf, même si l'on peut ne pas être d'accord avec tous ses points de vue, a eu le mérite absolument gigantesque d'être à l'origine de la Déclaration de Great Barrington.

A titre personnel, cela a été un tournant pour moi, lorsque j'ai constaté à quel point ce texte, signé par des scientifiques de renommée mondiale, co-signé par de très nombreux "académiques" et médecins (en fait probablement l'un des textes les plus largement signés de l'histoire de la médecine), n'a pas reçu LA MOINDRE attention de nos médias et gouvernants.


Ceci est un scandale en soi, et qui à ce moment-là a fini de me faire prendre conscience que nos "élites" n'agissaient plus du tout par rationalité, mais par…


Me gusta

Pour la reconnaissance des erreurs passées il y a encore du boulot : En Italie Chaque 18 Mars est décrété "journée nationale en mémoire des victimes du covid" Source Ministero della Salute. Mort de rire ....

Me gusta

Encore un excellent article dont on espère qu'il servira de référence en cas de nouvelle pandémie à défaut d'obtenir la reconnaissance et le regret des erreurs passées.

Me gusta

encore une personne courageuse, travailleuse, pertinente. il y en a beaucoup apparemment, les lire nous fait du bien.

Me gusta

C’est intéressant et factuel mais ce qui dérange un peu c’est que bien que cette personne déplore le manque critique de ses collègues, elle semble peu disposée à remettre en cause ses propres croyances en une quelconque utilité des injections. Croire sans rire qu’une pause de l’injection a tué des vieux est totalement dénué de fondement, ce qui est sur, c’est que ça a évité à certains d’en mourir. Une personne non injectée a 99,8% de survivre et 100% d’éviter des effets secondaires.

Me gusta
Contestando a

Martin Zizi avait dit sur France Soir qu'il conseillerait à quelqu'un de plus 85 ans, mais pas à des plus jeunes, de se faire piquer. Martin Kulldorff partage cette position, en dépit du fait que des vieillards fragiles norvégiens ont passé l'arme à gauche au tout début de la campagne de vaccination. Je ne pige pas la logique.


Une amie infirmière retraitée m'avait écrit au tout début du cirque covid qu'on soigne ce genre de choses avec de la vitamine C.

D'autres (n'ayant rien à voir avec le monde médical, sauf comme patients) m'ont conseillé de potasser la piste nutrition, pour avoir été obligés de s'intéresser au sujet (pour cause de diabète par exemple).

Je me suis mis prudemment aux…


Me gusta
bottom of page